La magie exponentielle de la collaboration familiale

J’ai eu la chance dernièrement de dîner avec un homme qui fait partie de la deuxième génération (G2) de sa famille entrepreneuriale, et comme d’habitude, j’ai appris beaucoup de nouveau sur sa famille, mais j’ai aussi entendu de vielles histoires communes.

Quand je mentionne que les histoires étaient communes, je veux dire que tandis que chaque famille se croit unique, (ce qui est VRAI), ceci ne veut pas dire que cette famille ne pourra pas bénéficier des idées et de solutions que d’autres familles ont déjà utilisées.

Et, comme c’est si souvent le cas, les situations qui préoccupaient ce monsieur n’étaient pas nécéssairement des questions concernant les entreprises que possèdent la famille, mais plutôt sur les relations entre les membres de sa famille.

Le temps que nous avons passé ensemble était très valorisant pour moi, puisque l’homme venait de lire mon livre, Changez votre vison de l’entreprise familiale, et le fait qu’il me citait des passages que j’avais écrits était un peu nouveau pour moi.

Il avait apprécié mes idées sur l’importance de penser à un avenir où la génération qui contrôle pour l’instant ne sera plus en charge, et de prendre de l’avant en s’organisant, comme famille, pour prendre la relève.

Mais même si les transitions du côté “business” sont en partie déjà entamées, c’est surtout du côté “famille” que les futurs problèmes auront encore plus de conséquences, et ils doivent s’en méfier encore plus de ceux-ci.

La bonne nouvelle pour lui, c’est qu’il a une soeur qui semble aussi concernée que lui du fait que le temps est arrivé pour agir. De plus, il y a, dans cette famille, aussi au moins un membre de la troisième génération (G3) qui est d’avis que ce serait important d’agir maintenant, pendant que le leader du G1 est toujours présent.

Et de là le titre de ce blogue. En réfléchissant sur leur situation, j’essayais de trouver une façon d’expliquer à cette famille comment l’intérêt des différents membres de la famille pourrait s’avérer très pertinent pour eux.

Cette belle situation pourra même presque garantir que leur famille puisse vraiment faire des progrès intéressants, comparée aux familles où chaque membre se croit seul et impuissant de faire bouger des choses à lui-même.

J’ai finalement décidé d’aller avec une analogie mathématique, et je veux la partager avec vous ici.

Si une personne agissant seule peut avoir un effet sur une situation qui se mesure par un facteur de 1, je soumets qu’en travaillant ensemble, deux personnes pourraient avoir un effet exponentiel, c’est-à-dire 2 au 2ième pouvoir, pour un résultat de 4.

Évidemment je n’ai pas de preuve scientifique pour la théorie que j’avance, mais pensez-y un moment.

Dans une famille avec une quinzaine ou une vingtaine de membres dans les trois générations, la force que deux membres agissant ensemble peuvent avoir, pour faire des suggestions, des démarches, ou des changements, se doit être beaucoup supérieur aux résultats qu’une personne toute seule pourrait espérer.

Allons un peu plus loin, maintenant. Si les deux premiers réussissaient à convaincre un autre membre de la famille d’embarquer dans leur cause, imaginons comment leurs chances s’amélioreraient à trois!

Je prétends qu’on pourrait appliquer exactement la même formule que tantôt, c’est-à-dire qu’avec 3 personnes, nous serons rendu à un facteur de 9, ou 3 fois 3.

L’idée de s’organiser en famille suscite souvent de l’hésitation parmi ceux qui voient les obstacles plus clairement que les bénéfices. En se mettant ensemble, petit à petit, les membres intéressés par ces démarches se donnent la chance de surmonter les premiers obstacles, et de créer du momentum.

Voici les conseils les plus importants que je peux vous donner au sujet de la participation (ou non) des membres de la famille qui vous inviterez à vous joindre:

  • Vous pouvez définir le groupe que vous visez de n’importe quelle façon logique que vous voulez. (ex., G2 seulement; G2 et conjoints; G1 et G2 famille seulement; G3 seulement; etc.);
  • C’est plus facile de commencer avec un petit groupe;
  • Aussitôt défini, pour n’importe quelle réunion, vous devez inviter tous les membre de ce groupe;
  • Vous ne pouvez pas forcer quiconque à participer.

Avec ceci, je vous lance le défi. Avez-vous le courage qu’il vous faut?