Y-a de la place en masse dans ________ ?

Mon Jacuzzi? Peut-être que oui, mais ce n’est pas notre sujet cette semaine. Mais devrait-il toujours y avoir de la place?

Les sujets dont je parle ici sont souvent reliés aux familles en affaires ou, comme on dirait en anglais, les “business families”.

Il y a une distinction importante entre ces deux groupes, c’est-à-dire la “famille” et la “business”. Y-a-t-il toujours de la place dans la famille, dans la business ou les deux?

Pour moi la réponse est assez évidente, mais je reconnais que pour plusieurs, ce n’est pas toujours facile de démêler ces deux groupes. Pour certaines familles, quand on fait partie de la famille, c’est un acquis qu’on va travailler dans la compagnie .

Pour d’autres, c’est moins certain. Souvent, il n’y a pas assez de place pour tous dans la business, ce qui peut amener à de la jalousie, mais dans d’autres circonstances, il peut y avoir des sentiments d’obligation envers la famille.

Il n’y a rien de nouveau ici, mais je veux stimuler la reflection aux lecteurs qui font face à ces situations dans leurs familles et dans leurs entreprises.

J’ai eu l’opportunité récemment de parler avec la mère d’une famille qui gère une compagnie avec des centaines d’employés.

Pour ce genre de famille, la question de trouver une place pour ses quatre enfants dans la business est certainement moins difficile que ce sera pour une famille qui détient un simple dépanneur.

Une des premières étapes est de savoir si chaque membre de la famille veut travailler au sein de l’entreprise familiale. Notons aussi que la réponse pourrait différer selon l’âge de la personne, en plus de ses circonstances personnelles.

Il faudra aussi se questionner si l’entreprise a de la place pour accueillir cet employé. Comme c’est souvent le cas, les ambiguïtés peuvent se présenter ici. Dans quel rôle? À quel salaire? Est-ce qu’on lui “crée une job”?

Y-a-t’il une liste de pré-requis avant de même être considéré pour un emploi dans l’entreprise familiale? Ou est-ce que des pré-requis s’appliquent uniquement pour ceux qui espèrent occuper un rôle de gestion? Ou pour devenir actionnaire?

C’est assez facile de faire comprendre aux gens que les places dans une entreprises peuvent être limitées, et c’est donc fort possible que certains membres de la famille ne pourront pas devenir employés dans la compagnie familiale.

Mais si c’est possible qu’il n’y ait pas de la place en masse dans la compagnie, où est-ce qu’il a toujours de la place?

Y-a de la place en masse dans la famille.

Ceci semble de toute évidence pour la majorité des gens. Par contre, ce qui arrive trop souvent, c’est que le choix des priorités entre la compagnie et la famille est complètement à l’envers.

L’emphase est trop souvent sur le “quoi” et le “combien” de grandir la business. C’est bien beau de bâtir quelque chose qui nous donne une fierté, une richesse et un style de vie confortable.

D’après ce que j’ai déjà vu, trop fréquemment, la partie qui se fait oublier est celle de la famille.

Dans la famille, on parle moins de “quoi et combien”, mais plutôt de “pourquoi”, “comment”, et “pour qui”.

Mon livre, Changer votre vision de l’entreprise familiale, a comme titre secondaire “Cessez de travailler dans votre entreprise familiale et travaillez plutôt sur votre famille entrepreneuriale.”

À un certain point, le “leadership” de l’entrerprise et de la famille doit reconnaître que la compagnie est un ACTIF qui appartient à la famille, mais que leur vrai héritage passera par les membres de leur famille, peu importe ce qui se passe avec l’entreprise au fil du temps.

J’aimerais souligner un point important ici. Je ne parle pas de situations noires ou blanches. Je ne recommande pas d’abandonner l’un pour se lancer dans l’autre.

Mais étant donné que c’est souvent la famille qui écope, et que travailler dans la business est plus “motivant, fun, et facile” et que c’est plus naturel et ça fait partie de nos réflexes, on doit parfois se forcer à regarder l’importance de la famille et la prioriser.

Il doit avoir de la place en masse dans la famille, pour tous et chacun, peu importe leur contribution à l’entrerprise.