Que faire avec les jeunes?

En juillet, j’avais écrit un blogue qui répondait à une question posée par une participante lors d’une session du cours Triomphe, de l’École d’Entrepreneurship de Beauce, à laquelle j’ai eu le plaisir de participer comme invité.

Cette semaine, en emménageant mon nouveau bureau, j’ai tombé sur le dossier dans lequel j’avais gardé les autres questions auxquelles je n’avais pas eu le temps de répondre, et le “timing” était parfait, puisque j’avais déjà décidé que j’étais dû pour écrire un blogue en français, et je n’avais pas encore trouvé un sujet à mon goût.

J’ai choisi une question venant d’un homme qui approachait la soixantaine, et qui avait des enfants adolescents.

Voici la question: “J’ai deux enfants qui sont trop jeunes pour la relève, mais qui sont intéressés aux affaires, et à être dans l’entreprise dans le futur. Que faire?”

J’aime beaucoup cette question, surtout parce que le questionneur l’a déjà séparée en deux pour moi, ce qui la rend plus facile à répondre. Je m’explique.

Les jeunes sont “intéressés aux affaires”, et ils ont un désir à “être dans l’entreprise” un jour. Remarquons les différences.

Aider nos enfants à développer leurs intérêts, que ce soit aux affaires, aux sports, à la musique, etc., est un des plus gros plaisirs qu’un parent puisse avoir, surtout si le sujet en est un dans lequel le parent a aussi un fort intérêt.

Mais soyons clairs ici; un intérêt “aux affaires”, c’est-à-dire le commerce, les finances, l’achat et la vente de produits et de services (en général), ne doit pas être confondu avec MA compagnie, qui produit et vend quelque chose dans un marché (en particulier).

Je vous suggère fortement d’aider vos enfants à developper et explorer leurs intérêts et leur compréhension de tout ce qui est connecté avec les affaires, l’argent, leurs finances personnelles, le marketing, l’immobilier et les hypothèques, etcetera, sans les limiter aux activités de votre entreprise.

Les opportunités pour ce genre de discussion se produisent litéralement à chaque jour, et dans une variété de circonstances. À la maison, écoutez la télé ensemble, prenez le temps d’enregistrer les épisodes de “Dans l’oeil du dragon” ou Dragon’s Den ou Shark Tank.

Il existe également des émissions axées sur la restauration, l’immobilier, et toutes sortes d’activités commerciales. Il y en a peut-être moins de ces programmes à la télé francophone, mais c’est une autre bonne raison et occasion de faire un peu d’immersion anglophone, ce qui les fera aussi du bien à long terme.

Quand vous vous promenez en ville, en auto ou à pied, remarquez les annonces et les commerces, et parlez ensemble des enjeux, des stratégies, des prix, de tout ce que vous voyez.

Les occasions de découvrir et de développer les forces et les intérêts particuliers de chaque enfant ne cessent de se produire. Il s’agit simplement de les reconnaître et d’entamer une discussion.

“Pourquoi McDo met l’emphase sur ses trios? Est-ce qu’on sauve vraiment de l’argent en choisissant le trio versus l’achat des trois items séparément?” Et, “mais pourquoi ils veulent me faire ‘sauver’ de l’argent quand ils essayent de ‘faire’ de l’argent sur la vente?”

Avec ces discussions, vous apprendrez beaucoup sur vos enfants, et aussi à vos enfants. Et en même temps, ils deviendront, malgré eux, ce qu’on appelle en anglais “financially literate”, c’est-à-dire, ils seront plus à l’aise avec tous les sujets entourant l’argent et les affaires.

Selon moi, c’est un des plus beaux cadeaux qu’on peut offrir à nos enfants, même s’ils décident un jour de poursuivre leur carrière dans un autre domaine.

Si les enfants démontrent un jour un désir de devenir entrepreneur et de se lancer en affaires, vous pourrez certainement regarder la possibilité de les engager dans votre entreprise. Mais ne soyez pas surpris ou déçu s’ils décident plutôt un autre marché ou opportunité, qui s’enligne plus avec leurs intérêts et forces.

Votre entreprise est un actif que vous pouvez vendre à quelqu’un qui ne fait pas partie de votre famille. Après, si vous voulez aider vos enfants à se lancer en affaires dans une business qui les motive vraiment, allez-y. Et ça sera leur entreprise!